La Méditation Zen et la posture Zazen

Le Zen est la forme la plus dépouillée du mahâyâna, auquel il se rattache, et même du bouddhisme tout entier. Apporté en chine au VI siècle de notre ère par Bodhidharma, prince du sud de l’Inde devenu moine bouddhiste, il constitue une réaction contre le bouddhisme très intellectualisé qui s’était développé en Chine.

A l’étude et à la discussion des textes sacrés, le zen substitue la méditation immobile et silencieuse, le zazen, retournant ainsi à l’origine même, à la méditation qui conduisit le Bouddha à l’éveil.

Qu’est-ce que le zen ?

Plus que toutes les autres écoles du bouddhisme, le zen est donc une technique de libération grâce à la pratique de la méditation. Plus encore que les autres écoles, il donne la primauté absolue à l’expérience personnelle du méditant. Dépourvu de tout dogmatisme, il peut, de ce fait, être pratiqué par des fidèles appartenant à d’autres religions.

Petit historique du Zen

Le zen a tout d’abord été connu en France, en 1940-1943, par la publication des Essais sur le bouddhisme zen du professeur D.T Suzuki, mais ce n’est que vingt années plus tard qu’il s’est vraiment développé, tant en Amérique qu’en Europe, par suite de l’arrivée de maîtres zen venus du Japon.

Il en existe trois formes, l’École rinzaï et l’École soto et l’Ecole Ōbaku.

  • Le rinzaï utilise beaucoup les koans, courtes propositions énigmatiques et parfois apparemment absurdes, insolubles par le seul mentale, qui sont données par le maître au disciple et sur lesquelles celui-ci doit méditer.Voir aussi : Qu’est-ce qu’un kôan ?
  • Je n’ai pas beaucoup d’info concernant l’école Ôbaku ( le site officiel de l’école Ôbaku).
  • Le soto met principalement l’accent sur la posture zazen, capable à elle seule de transformer profondément le méditant, en lui permettant de retrouver tout au fond de soi son « visage originel », sa propre vérité primordiale.

La posture Zazen

Les effets physiologique de la posture zazen ont été soigneusement enregistrés et étudiés médicalement, en particulier à l’université de Tokyo.

Progressivement, la respiration se ralentit et s’approfondit, le gaz carbonique qui, d’ordinaire, stagne à la base des poumons en est expulsé et y est remplacé par de l’air frais. Le coeur se calme et le taux d’acide lactique contenu par le sang, et dont dépend en grande partie l’agressivité, s’abaisse. Très vite, le cerveau émet des ondes alpha, lesquelles augmentent en amplitude, tandis que leur fréquence diminue. Il en résulte un état de détente et de bien-être qui au lieu de conduire au sommeil, engendre une attention intériorisée, une lucidité accrue qui pourront guider jusqu’à l’éveil.

 Le Zazen

Dans le zazen, l’attention portée à la respiration est essentielle. On se concentre sur l’expiration qui doit devenir douce, longue, profonde et silencieuse, l’inspiration se produisant ensuite automatiquement.

Cette concentration sur l’assise et sur le souffle justes détermine d’elle-même l’attitude juste de l’esprit. Sans user d’énergie, car l’organisme et système nerveux sont alors en repos, on pense avec tout son corps et, en particulier, avec ces régions profondes du cerveau que n’atteint pas la réflexion courante.

Organisme et psychisme fonctionnent suivant un mode précédemment inconnu, mais qu’on a pourtant le sentiment très vif de retrouver en soi.

La posture du Zazen

Précisons que la posture du zazen ressemble à celle de la méditation dans le yoga. Il existe cependant quelques différences.

  • Dans le yoga, il n’est pas fait usage de coussin permettant au bassin de basculer en avant. L’assise est donc différente.
  • De plus, l’expiration creuse le ventre, alors qu’elle le gonfle légèrement dans le zen, car on appuie sur les intestins.

La posture Zazen

On s’assied au centre d’un coussin rond et l’on croise ses jambes en lotus ou en demi-lotus.

Dans le lotus, le pied droit retourné, la plante en haut, pied appui sur la cuisse gauche, et le pied gauche sur la cuisse droite.

En demi-lotus, un seul pied est retourné, l’autre étant simplement glissé sous la cuisse inverse.

Au cas où ces positions seraient impraticables, on peut se contenter de croiser simplement les jambes, l’important étant que les deux genoux appuient fortement sur le sol. De ce fait, le bassin est basculé vers l’avant, au niveau de la cinquième lombaire. La colonne vertébrale doit-être bien cambrée.

Elle ne fait ainsi que retrouver sa courbure normale déformée en Occident par la manière de s’assoir.

Le dos sera parfaitement droit, la nuque redressée, le menton rentré, la tête tendue vers le ciel.

La main gauche est posée sur la main droite, contre l’abdomen, les paumes en l’air. Les pouces, maintenus à l’horizontale, se touchent légèrement par leur extrémité.

Les épaules doivent tomber naturellement vers l’arrière, dégageant ainsi la poitrine. Enfin, les yeux sont baissés et regardent vers le dedans.

Qu’est ce que la méditation zen

La méditation zen n’est nullement un refuge, une halte de paix où l’on s’isolerait et, moins encore une fuite. En effet, le bouddhisme ne va pas chercher dans un hypothétique autre monde ce qui existe d’ores et déjà dans celui-ci.

C’est nous-même qui faisons notre propre malheur d’après le zen.

Pourquoi ne ferions-nous pas, dès à présent, notre propre bonheur ?

La méditation zen va plus loin encore dans le même sens. La méditation zen affirme audacieusement que le nirvâna et notre vie quotidienne sont une seule et même chose que nous devons vivre ici et maintenant.

Pour la méditation zen, l’un est simplement l’envers de l’autre, et c’est nous qui sommes à l’envers.

La pratique du Zazen

La pratique du Zazen est censée opérer ce retournement. En conséquence, l’attitude acquise en zazen doit se conserver ensuite dans tout les actes de la vie quotidienne qui, d’eux mêmes, en deviendront plus juste, plus conscient, plus joyeux.

C’est là une des raisons pour lesquelles il y a profit à pratiquer d’abord le zazen collectivement, dans un dojo, une salle de méditation et sous la conduite d’un authentique maître du zen.

En effet, seul, le maître zen  est apte à communiquer la posture Zazen la plus juste, ainsi que l’enseignement qui l’accompagne. Seul, surtout le maître zen est capable de mettre le disciple sur la voie et de le faire parvenir à l’éveil.

apprendre la méditation

Termes recherchés pour cet article :

  • position méditation zen
  • zazen
  • demi lotus
  • zazen lotus
  • bienfaits zazen
  • position du demi lotus
  • position zazen lotus
  • apprendre le zazen
  • posture méditation zen
  • posture de zazen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>